AMERE VICTOIRE

Extrait (6)

Jétais abasourdie, hébétée !

Je venais de découvrir une facette ignorée

De cette belle terre africaine, où par accident,

J’étais née un jour de printemps.

 

Tant bien que mal, j’essayai de calmer mon amie,

Lui rappelant les droits de l’Homme qu’on avait appris.

Alors, un faible sourire se perdit sur ses lèvres

Et, le regard illuminé de haine ou de fièvre,

Excédée, elle vociféra à mon grand étonnement :

— L’Orient n’est pas l’Occident !

Excuse-moi. ma douce Rumia,

Mais tu ne le comprends pas 

Que ces lois humanistes ne concernent pas ma fratrie,

Encore moins les jeunes filles de mon pays ?

 

La rage colorait, incendiait mes joues.

J’aurais voulu en cet instant hurler comme un loup,

A pleines dents, déchirer ces préceptes pour les abolir,

Dévorer ces mâles qui offraient aux vierges le martyre.

Quand je lui ai conseillé, malgré tout, de refuser

Car nul ne pouvait la contraindre à se marier,

Elle hocha la tête tristement,

Rétorqua un brin agacée par mon entêtement :

— Refuser cette intolérable alliance

Entraînerait déshonneur et médisance,

L’anathème sur ma famille, sur mon village.

Les autres filles et mes cousines très sages,

A cause de ma rébellion subiraient tant d’outrages,

Et tels des oiseaux, seraient enfermées dans une cage.

 

Fouzia pleurait.

Je pleurais.

Je ne comprenais pas ces maximes séculaires,

N’offrant à mon amie qu’un futur calvaire.

Que faire ?

Comment l’extirper de cette galère ?

J’étais désespérée !

Pour la défendre, cette fois ci, je n’étais point armée.

Elle répétait inlassablement que le déshonneur

Irrémédiablement engendrerait le malheur.

Alors mes larmes avec les siennes devenaient rivières

Et je maudissais les dieux de l’Olympe, Zeus et Jupiter,

Qui ne protégeaient pas les anges du terrible Lucifer.

.........................................................

......................................................................

 

 ©  EM De Rodrigue

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Elisa galam (mardi, 21 février 2017 17:35)

    Un texte magnifique où la douleur est présente;

  • #2

    EM De Rodrigue (lundi, 29 janvier 2018 02:12)

    Merci Elisa Galam ; je suis très touchée par ton joli post.

Écrire commentaire

Commentaires: 0