L’ŒIL DE RÉ

Extrait

 

Il est fils du vent !

Bel homme, indomptable et puissant !

Dans ses grands yeux de jais

Maints nuages tragiques ont traversé.

Il a plié souvent le genou,

De l’amour, il a même reçu un terrible coup.

Il parle sans pudeur de ses cicatrices

Avec parfois un éclat de rire ou un brin de malice.

 

En ex-guerrier, il n’a peur de rien,

Ni de Dieu, encore moins du malin.

Solitaire, il avance dans la vie ainsi,

En souriant malgré ses soucis,

Avec espoir,

Fatalisme et parfois un zest de désespoir.

 

Malgré son âme par l’amour, fissurée,

Parfois de ce monde cruel, il arrive à se libérer.

Alors, ses passions l’emmènent au bout de ses rêves,

Après avoir anesthésié son esprit de musique sans trêve.

 

Son coeur taillé tel un étincelant diamant

Distille, sans le savoir, le bonheur en un instant,

En vous offrant quelques mots, amicalement,

Ou en vous affublant de surnoms délirants.

 

Il peut être aussi doux que l’agneau,

Devant les imbéciles, parfois, faire le gros dos.

Mais quand il est par un quidam, gratuitement, agressé,

Il devient aussi tranchant qu’un glaive de chevalier.

Alors, arrivent en rafales ses jurons abominables

Qui déstabilisent l’offenseur exécrable.

 

Certaines aubes, se perdant dans le fantastique

Il vous raconte des histoires cabalistiques....

 

Pour attirer la chance,

Pour repousser au loin les futures souffrances,

Il possède un talisman : non un fer à cheval,

Ce bout de métal qui, paraît-il, expulse le mal.

Mais un porte-bonheur égyptien,

Qu’il caresse respectueusement de la main :

L’oeil de Ré !

Sur sa poitrine, délicatement, imprimé,

Qui un jour, lui apportera amour, bonheur et sérénité.....

 

© EM. De Rodrigue

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0