LA ROSE DES SABLES

Extrait

C’était le silence !

Dans ce parfait silence, émue, j’entendais mon coeur résonner tandis que de temps à autre pour l’accompagner, au loin, un fennec glapissait.

Soudain, ma mémoire par tant de splendeurs fut anesthésiée.

Comme par sortilège, il n’y eut plus ni de demain, ni même de passé. L’horloge du temps avec la poussière des dunes s’était subitement enrayée.

Tout était…

Dans mon esprit, tout paraissait être gommé, annihilé.

Les yeux et l’âme ébahis face à ce spectacle féérique et plus que fantastique, je me croyais un ange au paradis.

Alors, un fragment de cristal perdu par une étoile sur mes cils a subitement atterri. Puis, en glissant sur ma joue, se transforma en de longues et précieuses perles de pluie.

 

Le seigneur du désert me fixa. Son regard fier et pénétrant, où se reflétaient les flammes du feu de camp, dans le mien se mit à rougeoyer. Et, à mon oreille se penchant, de sa voix enrouée, il chuchota doucement :

— Lorsque dans ton pays ton esprit sera volcan, pour les maux de ton monde en furie oublier un instant ou pour détourner ton âme sensible du gouffre, « fais de ta plainte un chant d’amour pour ne plus savoir que tu souffres. » Puis, il te faudra fermer les yeux, chasser le chagrin qui griffe ton coeur malheureux et revenir auprès de nous dans l’océan sablonneux. Dans le Sahara, aux pieds des hamadas, tant que notre peuple vivra avec le vent de la liberté, tu auras ta place à nos côtés. Rose des Sables, je sais que tu es des nôtres, désormais ! La tinsi, la tinsi, Rose des sables !

J’ai frémi.

Puis... je crois avoir, à travers mes larmes, esquissé un timide sourire. Bien qu’aucun mot de remerciement de mes lèvres tremblantes n’ait pu jaillir, mon nouvel ami le targui, mon mutisme ému, avait compris.

Il avait deviné, qu’en secret, depuis mon enfance, j’avais semé dans son immense et silencieuse contrée désertée, un pétale de mon coeur à tout jamais.

..............

 

EM De Rodrigue

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    ElfeBrune (jeudi, 30 mai 2013 11:31)

    Une petite merveille qui nous entraîne dans un monde souvent méconnu et pourtant magique. Je vois très bien la scène et en vérité je suis assise là avec eux. Merci ma douce pour ce moment de bonheur.

  • #2

    M De Rodrigue (jeudi, 30 mai 2013 12:23)

    Merci d'être passée prendre le thé dans le désert, Elfebrune !

Écrire commentaire

Commentaires: 0