ZAMOR

Le nègre républicain

l'ami Zamor.
Mais qui était vraiment Louis-Benoît Zamor ?

Qui est Zamor ?
Un petit garçon de 8 ans arraché à ses parents, en Inde, par des soldats anglais. Il sera offert à la Comtesse Du Barry comme une curiosité exotique, un petit singe, un animal savant.
Elle lui donnera tout de même la meilleure éducation, l'habillera avec raffinement, fera de lui un homme érudit.

Nous retrouvons Louis-Benoît Zamor en 1793. Marie-Antoinette a été exécutée, la France est en pleine révolution et la Du Barry se voit mise sur la sellette.
Alors que Zamor est en proie aux sentiments contradictoires qui l'animent au sujet de celle qui l'a élevé, un personnage machiavélique va faire de lui l'arme de la chute de la Du Barry....

Pourquoi consacrer un roman à Zamor, ce personnage complètement oublié de l'Histoire de France ?

Probablement parce qu'il est le prétexte pour Ludovic Miserole de nous dépeindre une époque, une ambiance, un éclairage particulier sur la vie du Petit Peuple, de tous ces gens qui ont oeuvrés pour le changement mais dont on ne parle jamais.

(Article de " Ceci Bon .... de Lire " )

Je viens de quitter Zamor " Le nègre républicain " et je suis... comment dire... bouleversée, époustouflée par son histoire sur fond de révolution.
En le suivant, je fus tiraillée entre dégoût et pitié. De nombreuse fois je me suis posé la question " Pourquoi tant d'ingratitude envers celle qui l'avait élevé, éduqué ? Pour se venger ? Pour acquérir la liberté ?
" O Liberté, liberté chérie, que de crimes on commet en ton nom ... "

Le livre refermé, je le plains cet ex-page. Après avoir été, enfant, le jouet choyé de son illustre maîtresse, adulte, il devient l'instrument d'un pervers personnage à l'âme noire.

J'ai énormément aimé de revoir Mademoiselle Rosalie Lamorlière à laquelle je porte une affection toute particulière.
J'ai énormément aimé le passage où l'auteur décrit le travail de Séraphin, le rémouleur ; on entendait presque le grincement de la lame sur la meule. Un instant poétique.

Les personnages sont attachants, énervants, repoussants mais jamais ils ne laissent indifférents. 
L'écriture est belle, poétique. Elle nous piège, nous tient en otage hors d'haleine jusqu'à ce que le mot " FIN " vienne enfin nous délivrer.


Ce roman historique est une pépite ; une pépite d'or de la littérature.

 Merci Ludovic Miserole de nous avoir fait connaître un acteur de la Grande Histoire, tombé dans les oubliettes.

J'ai adoré ce livre ; livre que je recommande vivement !

M. De Rodrigue