Voyageurs de passage ! J'espère que vous aurez plaisir à voguer sur l'onde de mes écrits, comme celui que j'ai eu à y plonger !

Ci-après, tous mes livres en vente chez TheBookEdition.

LE PETIT SAPIN

Un jour d'automne, un elfe des marais

récompensa un petit sapin pour sa générosité

Ainsi naquit la légende du sapin de Noël

Qui à la veille de la nuit la plus belle

Est racontée aux enfants les yeux émerveillés

Ainsi ..... qu'à leurs ainés !

 

ET LE DIABLE SOURIT ...

Malheurs

Pleurs

Outrages

Carnages

Guerres

Misères

Trahisons

Démons

Simples mots, terribles maux

Mots se gorgeant de chaos

Qui font froid dans le dos

Qui, malheureusement, seront de chaque humain un jour le lot

Et le diable sourira encore !!!!

 

 

 

L'OEIL DE RE

 

 

Il y a des êtres, qui un matin,

Fleurissent de bonheur votre chemin.

Le premier jour, on ne sait rien d'eux :

Sont-ils démons malheureux

Ou anges heureux ?

Mais, au fil des jours, on a besoin d'eux,

Tant, ils vous font chanter le cœur

Et, par un sourire, éteigne les braises du malheur.

Il y a des êtres

Qui vous offrent tant de joie !

C'est mon Ami, Sébastien cet Œil de RE !

J'espère que, vous aussi, vous l'aimerez !

 

AMERE VICTOIRE

Ce matin, dans un coin du grenier,

Une grande malle en osier m'a interpellée.

Je l'ai ouverte pour me remémorer ce qu'elle contenait.

Il y avait une jolie poupée ancienne aux yeux figés,

Un ours en peluche avec une oreille reprisée

Et au fond, sous un album de photographies d'antan,

Un roman.

J'ai pris le livre écorné dans mes mains avec émotion,

Ma jeunesse revint, aussitôt, d’un lointain horizon.

Une lettre, jaunie par le temps, en s'envolant

Se posa sur le vieux tapis persan.

Et, en lisant la missive, comme par enchantement,

Le visage de Fouzia est apparu en filigrane

Illuminé d’une lumière diaphane.

Son parfum des dunes, son merveilleux sourire

Firent refleurir le printemps de mes souvenirs.

A la lueur d’un nouveau jour mon amie me revenait

Et sur l'écran du passé, le film de sa vie «Amère Victoire» a défilé.

NE PLEURE PAS, ADAM !

Un homme ressemble au chêne!

Arbre magnifique, gigantesque, à la constitution si robuste, si imposante, si impressionnante. Parce que certain de sa puissance, de son statut de Masculin, il n’a peur de rien.

Et pourtant !

Il suffit qu'un soir, que son écorce soit légèrement entaillée par un malencontreux incident ou égratignée par une éphémère algarade pour que le royal chêne, ne distingue plus la lumière dans sa clairière.

Alors, le chêne devient saule pleureur sur la berge de son malheur et il pleure.

Un homme qui pleure, combien ça vous déchire le cœur !

PARFUMS DE FEMMES

 Mainte fleur épanche à regret son parfum doux comme un secret dans les solitudes profondes.  (Charles Baudelaire)

 

Les parfums de Diane, Sandy, Julie, Sara, Blanca, etc… jadis romantiques, capiteux, voluptueux, sous les bourrasques de leur destinée se sont évaporés pour ne laisser que des fragrances nostalgiques, âpres et même vénéneuses.

Ces petites histoires florales aux différentes essences émanent-elles du jardin de la réalité ou de celui de la fiction ?

POUSSIERES DE DUNE

 « C’était l’heure élue, l’heure merveilleuse au pays d’Afrique, quand le grand soleil de feu va disparaître enfin, laissant reposer la terre dans l’ombre bleue de la nuit.»

(Isabelle Eberhardt)

 

 C’était aussi l’heure où, dans la splendeur de la nuit, les étourneaux venaient se nicher dans le figuier pour lui raconter des histoires magnifiques ou pathétiques ; celle du Sadiki, du Petit fennec, de La rose des sables, du Targui et … de toutes les Poussières de dune qu’ils avaient survolées.

 

 

LE KEPI BLANC

Aubagne, 3O Avril 1970.

C’était ce jour-là, lors de la commémoration de Camerone à la Maison-mère de la Légion Etrangère, que Malory Le Tellier avait rencontré le légionnaire Karl-Hans Meyer.

 

C’était jour de très grande fête !

En ce jour d’avril où il lui avait souri, il lui avait mis folie en tête.

Lors du défilé, il était passé tout près d’elle droit comme un piquet. Mais, le discret clin d’œil que ses yeux de lynx lui avaient jeté l’avait foudroyée. Et, quand son bras l’avait presque frôlée, dans l’océan émeraude de ses yeux elle s’était noyée tandis que sur son cœur s’épinglait le beau visage hâlé de ce soldat.

Elle avait pâli !

Elle a avait rosi !

Tandis que ses joues se pourpraient, son cœur tel un fougueux pur-sang s’emballait. Pour la première fois de sa vie, en amour, Malory était tombée.

 

Les amants s’étaient juré amour et fidélité. Mais arriveront-ils à vaincre la distance géographique, le nombre d’années qui les sépare et… cette mère qui regarde d’un œil amer la relation de sa fille avec ce militaire ?

Qui de l’amour, de la distance, de l’âge ou des préjugés se couvrira de lauriers ?

 

 Immense émotion et chaleureux remerciement à l'AALEME 

" Légionnaire toujours ..."

pour l'honneur qu’il fait à mon KEPI BLANC 

en le mettant, sur son site, auprès de ses frères d'arme.

  http://aaleme.fr/index.php/breves/8064-le-kepi-blanc

 

M. De Rodrigue