LA COCOTTE

 

En revenant de l’anniversaire de Sven, l’un de ses petits camarades, Alma lança à sa mère :

 ― Maman, j’aimerais bien voir la poule de Jean, le tonton de Sven.  En cachette, bien sûr, parce que sa femme n’aime pas les animaux.

 ― Ah, je ne savais pas que notre voisin avait des poules !

   Maman, je te jure que le tonton de Sven a une poule.

 ― Mais, comment le sais- tu, ma petite chérie ?

 ― Ben…parce que lorsque j’étais au cabinet pour faire pipi, le papa et le tonton de Sven discutaient devant la porte.

 ― Et ?

 ― Et, j’ai entendu le papa de Sven dire : « Jean, ne fais pas l’idiot. Pense à ta famille et fais bien attention à ce que tu fais parce que si ta femme apprenait que tu as une poule de luxe… gare à tes fesses ! »

 ― Oula … !    « Panique ! Panique et danger pour la famille de Jean car les enfants sont si innocents et aussi si bavards … Donc, il faut absolument que la curiosité d’Alma soit le plus vite possible court-circuitée afin d’éviter tout drame. » pensa sa mère.

 

 Après maintes réflexions, le lendemain, elle mentit à sa fille. Disons, qu'elle lui fit un pieu mensonge.

 ― Ma petite chérie, J’ai téléphoné au tonton de Sven. Je suis désolée mais nous ne pourrons pas aller voir sa poule de luxe parce qu’elle est morte ce matin … de vieillesse.

 ― Oh, la pauvre cocotte ! s’écria l’enfant les larmes aux yeux.

 ― Et…, il m’a fait promettre de n’en parler à personne parce que son chagrin comme sa poule devait rester un secret pour sa femme ainsi que pour tout le monde. Alors, je lui ai promis que jamais, jamais, je ne prononcerai le nom de sa poule. Et, afin qu’il n’ait pas encore plus de peine et qu’il ne se fasse pas gronder, j’aimerais que tu en fasses autant, ma chérie.

 ―Maman, je te jure que je ne parlerai jamais de sa cocotte, croix de bois, croix de fer, si je mens que j’aille en enfer !

 

  La fillette tint sa promesse !

 

C’est avec cette histoire de « Poule de luxe », que je me suis demandé pourquoi l’Homme, en guise de défouloir, insultait son prochain en utilisant des noms d’animaux ? Pourquoi imputer à ces derniers des tares, des défauts qu’ils ne possèdent pas, à l’instar de :

Bêtise :  bécasse.

 Insulte : mouton, porc, âne.

  Prostitution, maquereau. Grue, poule.

 Comportement  cervelle d’oiseau, cochon, dinde.

 Esthétique : hareng, guenon, hyène, thon, vieille chouette.

 Etc…, etc…

 

   Mais, me direz-vous :

   Il ne fait ni plus, ni moins que Jean de la Fontaine avec ses fables !

 Alors, je vous répondrai :

   Mais c’est tout à fait différent ! L’individu lambda use de l’anthropomorphisme pour offenser son prochain. La Fontaine, lui, l’utilisait pour insister sur ses intentions morales. Ce fabuleux fabuliste n’a-t-il pas dit « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes. » ?

 La morale de cette historiette ?

Point de morale, seulement une pensée.

 

 Vive les poules, respectons-les ainsi que tous les autres animaux !

 Et, laissons toutes les jolies cocottes à plume caqueter en paix , les coqs cocoricoter à l’aube, au crépuscule ou quand ça leur chante … pendant que les heures sonnent au clocher de l'église du village et, que les cigales, dans les platanes ou les tamaris, chantent l’été !

 

 ©M. De Rodrigue

 Juin 2020